51 ans, maman de deux grands enfants, je suis actuellement occupée à terminer des études de GRH. Installée à Ciplet depuis 7 ans et avant cela dans la région depuis une vingtaine d’années.

La richesse est dans la diversité et les échanges, c’est valable au niveau environnemental mais aussi au niveau humain.  Les bons rapports que l’on entretient avec ses voisins de rue ou de village, qui nourrissent vos chats quand vous êtes en vacances et que vous finissez par inviter à votre annif, les bavettes que l’on taille, les légumes  bios que l’on donne ou échange contre des œufs ou contre des idées, c’est aussi cela notre cadre de vie, notre environnement, notre richesse et nos ressources, ce sont aussi les gens, nous.

Et nous, nous avons des idées, des choses à dire, des points de vue à faire valoir et qui comptent ; les familles, les couples mais aussi les personnes âgées qui voudraient rester vivre chez elles le plus longtemps possible, les femmes en familles monoparentales qui peinent parfois à cadrer et à amener les enfants à s’épanouir et à devenir responsables, les jeunes eux-mêmes qui cherchent leurs marques et leur avenir.

L’écologie politique pour moi, c’est avant tout la mise en avant de ces valeurs plus humaines qui sont d’autant plus nécessaires actuellement pour contrebalancer les tendances libérales qui se débrident et finissent par ne plus servir qu’elles-mêmes et quelques élus, valeurs libérales qui placent les gens en situation de concurrence voire en situation d’échec.
Plus belle maison, plus belle voiture, quand on veut, on peut …

Personnellement, je ne me retrouve pas du tout là-dedans, j’aime les échanges d’idées, la solidarité et la chaleur humaine, je n’ai pas toujours eu facile moi-même, j’ai eu de passages de vie où j’ai vraiment dû m’accrocher et j’ai envie de participer à la création d’un cadre de vie qui corresponde à ces valeurs, où il fait bon vivre et dans lequel chacun a sa voix et sa place.

Ma petite phrase : il y a plus dans deux têtes que dans une.

Share This