Trop de polémiques autours de ce pauvre chemin de 350m … tentons d’être constructifs pour pouvoir enfin avancer dans ce dossier qui frise le burlesque. ( voir plus bas le retour sur ce point lors du conseil communal du 16 novembre)

En ce bel après-midi d’automne, avant de faire mon marché, je suis allé à vélo tester une alternative bien moins coûteuse dans le projet de mobilité douce en cours d’élaboration.

Départ du tilleul de Ville-en-Hesbaye : Compteur à 598.8 km

Trajet alternatif par la rue du Bolland

Bout du chemin 13, rue de Ciplet. Compteur à 600.3km

Au retour , trajet proposé par Mr Guillaume, passant par le chemin n°13.

compteur vélo

Retour au tilleul de Ville-en-Hesbaye. Compteur à 601.7km

A l’aller, trajet alternatif pour éviter de passer par le chemin polémique : en passant par la rue du Bolland et le cimetière, 1.5km. Au retour, trajet tel que proposé et soumis par Mr Guillaume : en passant par le chemin n°13,1.4km. Les 2 trajets ont été très agréables, le chemin n°13 est bien praticable mais aurait besoin d’un petit entretien.

Le chemin proposé par Mr Guillaume est donc plus court de 100m, est-ce que cela justifie une si forte dépense et le passage en force contre l’avis de tant de citoyens? Ne pourrait-on pas rechercher d’abord d’autres alternatives telles que celle proposée ici ?

Garder ce chemin en terre et faire des économies nous semble important, surtout en ces temps où chaque dépense doit être bien mesurée.


Pour ceux qui n’ont pas assisté au tumultueux conseil communal de lundi un petit mot à propos du projet cyclable.

Au point 3 de l’ordre du jour figurait l’approbation d’un premier chantier Chemin du Via à Braives, début d’un projet ambitieux consistant à relier les villages de l’entité dans un réseau cyclable (ce point a été approuvé à l’unanimité). Connaissant l’ébauche du projet, nous avons été étonnés qu’il ne soit pas abordé à ce point.

Par contre, c’est au point concernant le bétonnage controversé du chemin n°13 que Mr Guillaume nous a fait un exposé d’1h30 à ce sujet. Pourquoi ? Sûrement pour nous endormir (ainsi que le public) mais surtout pour pouvoir accuser les opposants de refuser le projet dans son entièreté.

Voici comment procède notre bourgmestre: tourner les choses à son avantage et jouer les offensés en cas de refus. Le point d’orgue de cette comédie fut atteint lorsque nous avons été accusés de remettre en question la mobilisation des jeunes pour le climat et qu’il nous fut conseillé de changer de parti tant notre refus était anti-écolo. Rappelons que notre opposition concerne le bétonnage d’un chemin mais, avant tout, notre refus de passer au dessus de l’avis négatif des citoyens membres de la CCATM et de la CLDR.

Ce point a dû être à nouveau reporté, nous sommes fatigués de ces manoeuvres. Nous aimerions pouvoir consacrer notre énergie à d’autres choses comme, par exemple le malaise toujours bien présent parmi les travailleurs communaux.

Michèle Vos

Share This